La CicloCigarra : el regreso… a cabalgar !

Quebrada de Cafayate

La CycloCigale : le retour… ? En selle ! Eh oui, pour ceux qui l’ignoraient et se demandaient si on était bientôt parvenu aux frontières de la Patagonie, à vrai dire, ces derniers temps, nous nous sommes accordés une « petite » pause dans notre périple, Caminante et moi-même. Depuis San Pedro de Atacama au Chili, on est parti en bus jusqu’à Buenos Aires. Retour en Europe (Belgique, Cantal, Paris) pour un mois : j’ai beau rencontrer milles êtres merveilleux sur mon chemin, avoir été adoptée au sein de plusieurs familles tout aussi merveilleuses, nul ne remplacera jamais ces êtres qui me sont chers sur le Vieux continent.

Back to Buenos Aires ensuite, exploré ces deux dernières semaines, entre squat culturel (La Sala, à Caballito), radio libre (La Tribu), écovillage (Velatropa) et mouvements politiques.

Les Mères de la Place de Mai : la ligne fondatrice

L’Association des Mères de la Place de Mai

Parmi ces derniers, les Mères de la Place de Mai sont une organisation de femmes argentines dont les enfants ont disparus lors des dictatures militaires des années soixante-dix et quatre-vingts. Elles réclament que justice soit faite en la matière. Depuis 1977, elles effectuent des rondes hebdomadaires sur la Place de Mai (chaque jeudi à 15h30), dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, comme pour remonter le temps et dénoncer par là l’impunité des crimes militaires. Fichées d’un foulard blanc sur la tête –  originellement les langes en tissus de leurs bébés -, celui-ci est devenu le symbole du mouvement. Lequel s’est scindé en 1986 entre la Ligne fondatrice d’une part et l’Association d’autre part. Aujourd’hui, les Mères de la Place de Mai sont vénérées par la société argentine, qui éprouve un certain malaise face aux scandales qui les ont entachées ces dernières années.

Merci à la famille Duwe, à Vale, Augusto et sa famille, ainsi qu’à l’écovillage Velatropa pour leur accueil dans la folle capitale argentine !

J’ai ensuite repris le bus jusque Tilcara, 80 kilomètres au nord de San Salvador de Jujuy, pas loin de la frontière bolivo-chilienne, afin de reprendre le chemin (quasi) là où nous l’avions laissé. Depuis le 4 novembre, nous voici de nouveau en route, à l’assaut des beautés naturelles, culturelles et humaines du nord-ouest argentin !

Un village dans la province de Jujuy

La colline aux sept couleurs

Cassiopée !

J’ai suivi vos conseils et me suis donc munie d’un gps… dénommé Cassiopée ! (Merci, JB ;-)!) En référence à la tortue magique qui guide Momo dans le livre de Michael Ende. Je vous l’accorde, c’est un peu original comme gps : jugez par vous-mêmes ! En tout cas, depuis qu’elle est accrochée au guidon, on se rapproche d’Ushuaïa !

Le blog a été mis à jour, il ressemble enfin (un peu) à quelque chose : explore-le, anime-le en laissant un commentaire, un coup de gueule, un vers poétique, défoule-toi…

Et si le chant des cigales t’appelle, inscris-toi pour suivre le blog et recevoir un mail à chaque publication d’article (t’en fais pas, les cigales ne trimant pas comme des fourmis, je suis pas du genre à inonder ta boîte mail) : ça se passe sur la colonne de gauche de la page d’accueil, au paragraphe « Adhère au front de libération des cigales »! Si y’a un couac, envoie-moi un mail : maud.bailly@no-log.org !

Yiiihhaaaa, estamos de vuelta, on aperçoit Ushuaïa à l’horizon !

Caminante, Cassiopée et Momo, vos fidèles et preux chevaliers, depuis Salta la linda!

– – –

Liens :
– Centre culturel autogéré La Sala, Caballito (quartier), Buenos Aires : http://cclasala.blogspot.com.ar ; http://www.orgazmika.blogspot.com.ar
 Radio La Tribuhttp://www.fmlatribu.com
 Velatropa (centre d’éducation à la permaculture et d’expérimentation environementale) : http://www.velatropa.com.ar
Madres Plaza de Mayo – Linea fundadora (ligne fondatrice) : http://www.madresfundadoras.org.ar
– Asociacion Madres Plaza de Mayo : http://www.madres.org

– – –

Puisqu’on se trouve au pays de Mafalda, dont je suis une grande fan, je partage avec vous un de ces fou-rires :

Démocratie. Du grec : « demos », peuple, et « kratos », autorité. Gouvernement au sein duquel le peuple exerce la souveraineté.

8 réflexions au sujet de « La CicloCigarra : el regreso… a cabalgar ! »

  1. Nous parlions de toi pas plus tard qu’hier, eh oui!!, en réunion d’équipe d’animation du CCFD à Tulle, avec Delphine, Marie, Fabienne, l’autre Marie-Jo (de Lubersac) dont je ne suis pas certaine que tu la connaisses et nous nous demandions, justement, si tu reviendrais…Alors, je te souhaite un bon retour auprès de ces Européens qui te sont chers, espérant que la réadaptation à notre vie, qui ne manque pas d’aventures, mais d’un tout autre genre, ne te sera pas trop difficile. Très amicalement.

    • Même pas eu le temps de me réadapter à vrai dire… un mois entre la Belgique, le Cantal et Paris : ça a filé! Du coup, j’ai pas eu le temps de faire la tournée du ccfd Auvergne-Limousin!🙂 Me revoici en selle, dans le nord-ouest argentin!

  2. A mon avis, ton amie Marie-Jo n’a pas compris que tu es juste revenue toucher le sol européen pour mieux rebondir en Argentine. Seconde fois Maud que tu souffleras tes bougies loin de nous. Alors je me contente de lever un bon verre de bière ambrée à ta santé ! Et puis joyeux anniversaire. Nous continuons à te suivre écran par écran, à t’envier mais aussi à se demander si seul le détroit de Magellan parviendra à t’arrêter dans ta course. Bisous de maman

  3. Super ton recit et tes photos de voyage dans le desert! Ca nous donne vraiment envie de connaitre cette super region! Tout ca n’est qu explosion d’energie! et C’est Pep’s qui le dit! Bisou!

  4. Bon anniversaire,Maud ! Nous vous souhaitons bonne route et bon courage pour tous les coups de pedale encore à donner avant d’atteindre Ushuaia.
    Bon vent.
    Bisous de Annick et Michel de Bretignolles

    • Merci!
      En parlant de vent, il souffle sacrément fort par ici, et en accord avec la loi de Murphy, jamais de dos bien évidemment! Je me souviens de quelqu’un qui disait : « Si Dieu existe, alors il déteste les cyclistes. Même si on décidait soudainement de faire demi-tour, le vent changerait brusquement de direction pour souffler à contresens ! ». Ah tiens, ben c’est Olivier!

Envie de réagir, d'hurler, d'applaudir, ... ? Laisse un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s